LAPIN MUTANT

Le travail de Lapin Mutant allie le mélange de deux passions : l’art et la psychologie.

Son travail est instinctif, nerveux, libérateur voire thérapeutique ; il est basé sur l’émotion avant tout. Elle travaille sur l’accumulation de personnages aux multiples facettes – par exemple l’œil d’un visage qui devient l’oreille d’un autre. Cette multiplication de personnages à l’apparence presque torturée représente la variété des troubles psychologiques inhérents à la société actuelle, et les différents aspects de toute personnalité. On retrouve un personnage récurrent dans ses œuvres, qu’elle a nommé Joris ; il est une sorte d’autoportrait, c’est un petit enfant qu’elle sent vivre à l’intérieur d’elle

« J’aurai fini quand le bordel me fera du bien aux yeux », c’est sa ligne de conduite. Elle fait confiance en son regard qui cherche toujours la petite bête et qui accumule jusqu’à ce que la masse puisse satisfaire son œil, ce qu’elle surnomme « maniaco-bordélisme ».

Événements artistiques et expositions

2019

Exposition collective « Collectif X, IV Editions« , (A l’espace Jour&Nuit culture), Paris.

Exposition collective/Performance, Artshopping (Galerie Ligne 13),  La Baule.

Exposition collective/Performance, Artshopping (Galerie Ligne 13/Carrousel du Louvre), Paris.

Exposition solo, (Sonar(t)), Paris.

Exposition collective, « Last (in transition) Hydros Party! » (Worshop/Hydro Comics Club), Paris.

Exposition collective,  » Quelle femme ? Quelle femme !  » (Garidell14

2018

Solo Show, « J’aurai fini quand le bordel me fera du bien aux yeux » ! (Inattendue Galerie), Paris.

Exposition collective Street art, « SunSeine Part IV » (Les pieds dans l’eau), Paris.

Monographies

2019

Street Art Magazine #8